COPYRIGHT:  Décembre 2007 - Jacques Simon TIMOTEI

Bibliographie Livre d'or ***
 

 

LA CORSE OUBLIEE

PUZZICHELLU

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Mi trema l'esse" interprétée par I MUVRINI" .

 

 

Cliquer sur une photo pour l'agrandir ou voir le diaporama.

 

PUZZICHELLU

 

Département de la Haute Corse

Thermes situés sur la commune de AGHIONE

CP: 20270

Canton de GHISONACCIA

Altitude: 66 m

Latitude: 42.06.45

Longitude: 09.24.05

 

Puzzichellu, que l'on peut rejoindre de la N198 à partir de la bifurcation vers la D443 entre Aleria et Ghisonaccia, se trouve en limite de la commune d’Aghione sur la plaine Orientale.

 

 

Datant probablement de l’antiquité, utilisés à l’époque Romaine, les thermes de Puzzichellu commence à être véritablement connue à partir du XVIIIème siècle; mais ce n’est que vers 1840 que les bienfaits des eaux  la source thermale sont confirmés.

A partir de cette époque et jusqu’à sa fermeture un siècle plus tard en 1939, les bains de Puzzichellu dont la renommée en matière de traitements et de soins en ORL, rhumatologie, pneumologie et dermatologie a franchi la méditerranée, accueillent jusqu’à 600 curistes par ans. Cependant, il est curieux et à peu près certain que malgré de nombreuses demandes, l’exploitation de cette source n’ait jamais été autorisée ni déclaré d’utilité publique.

 

 

Un peu plus haut, sur une vaste étendue plate, l’hôtel, dont on voit ici une photo du temps où il était encore debout, n'existe plus. Seules sont encore visibles les ruines de la maison d'accueil. La toiture s'est presque effondrée en totalité et la végétation envahi l'intérieur.

L'ensemble du site est dans un total état d’abandon et de délabrement.

 

 

En 1980 et 1986, un regain d’intérêt pour le thermalisme permettait de réaliser des forages en vue d’analyser la qualité pérenne des eaux.

Aujourd’hui, des études de faisabilité, mais surtout des recherches de financements pour un aménagement du site et la mise en valeur de ce patrimoine qu’une végétation luxuriante tente inexorablement de plonger dans l’oubli, sont en cours.

 

 

La source minérale d’eau froide sulfureuse qui arrive sans captage jusqu’à l’établissement, est à une température de 17 degrés. La structure disposait de nombreuses cabines, de 17 baignoires en brique, de plusieurs bassins dans lesquels les patients pouvaient se baigner et d’une salle de « massage » où l’eau, à très forte odeur d’œuf pourri, était appliquée sur le corps sous forme de boue pour soigner les maladies de peau.

 

 

En 1943, entre le 22 et le 27 septembre, une poignée d’homme du 1er bataillon de choc attaquèrent la gare de Puzzichellu ainsi qu’une compagnie de soldats de l’armée Allemande qui logeaient dans l’hôtel de la station thermale. Les allemands, en guise de représailles, rassemblèrent alors la population locale, y compris les enfants, qu ils menacèrent de fusiller, jusqu'au moment où ils retrouvèrent, judicieusement planté par un poignard dans une porte, l'insigne du 1er Bataillon de Choc revendiquant l'action, ce qui a eu pour effet d'épargner les civils.

 

 

En ce temps là, les thermes étaient desservis par le train dont la voie ferrée parcourait alors la côte orientale de Bastia jusqu’à Ghisonaccia à partir du mois de juin 1888, puis jusqu'à Solenzara à partir de septembre 1930 et enfin jusqu'à Porto-Vecchio à partir à partir de septembre 1935. La ligne Bastia-Porto-Vecchio, d'une longueur de 152 kms qui comptait sur son parcours 25 haltes et stations disparaissait définitivement 8 ans plus tard, détruite par les Allemands en septembre 1943.

Le train, après avoir franchi le pont dont on peut voir encore les piliers de chaque côté du fleuve Tagnone, faisait un arrêt à Puzzichellu avant de rejoindre la gare de Ghisonaccia. La station de Puzzichellu, dont on devine distinctement l'emplacement sur l'étroit chemin de la voie désormais carrossable, se trouvait en réalité à environ 3 kms des thermes, au lieu dit Casone, sur la commune d'Aghione.

 

 

Me contacterr

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 04 mai 2017