COPYRIGHT:  Décembre 2007 - Jacques Simon TIMOTEI

 

UNE ÎLE

LA CORSE

 

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Isula Idea" interprétée par Petru GUELFUCCI

 

 

Les Grecs l'avaient appelée Cyrnon, Terapne, Kurnos (ou Kyrnos), Calista et les Romains lui donnèrent le nom de Corsica.

L'histoire de la Corse commence avec Homère qui décrit cette île (le pays Lestrigon) dans son poème "l'Odysée" écrit vers la fin du 8ème siècle avant J.C. Cette île qui n'avait pas encore de nom, allait devenir (selon le récit de l'historien Hérodote dans "ses histoires") à partir de 546 avant J.C, une terre d'émigrants.

Convoitée par tous les peuples de l'antiquité et des temps modernes (Phéniciens, Etrusques, Grecs, Phocéens, Romains, Carthaginois, Vandales, Goths, Lombards, Sarasins, Fançais, Toscans, Papes, Pisans, Aragonais, Gênois, Milanais, Anglais, Allemands ) qui s'en disputèrent la possession, la Corse, malgré de longues luttes acharnées, parvint à rester libre. Ses habitants préférèrent de tout temps la mort à l'esclavage. A partir de 259 avant J.C et pendant plus de 700 ans, les Romains vont occuper notre île. Malgré leurs persécutions et leurs conquêtes meurtrières, jamais ils ne purent imposer au peuple Corse ni leurs coutumes, ni leur culture, ni leur langue, ni leurs Dieux.

Assassinée par Rome, abandonnée par la papauté, dévastée par les incursions, exploitée par les seigneurs féodaux, chefs de bandes sans scrupules, trahie, volée, colonisée par Pise, la Corse ne connaîtra un peu la paix que par la venue l'Office de Saint-Georges. 

Avec ses héros et ses martyrs dont les exploits retentirent jusqu'au rivages de l'Afrique et de l'Asie Mineure, l'île de Corse fut souvent conquise mais ne fut jamais soumise.

 

La Corse, avec ses 1000 km de côte, mesure 186 km de long et 90 km de large.

Son périmètre est de 500 km, sa superficie est de 8680 kms2.

Elle s'étend depuis le 41.21.4 degrés de latitude jusqu'au 43.41.7 degrés et depuis le 6.11.17.4 degrés jusqu'au 7.13.35 degrés de longitude.

Elle est la quatrième île de la Méditerranée après la Sicile, la Sardaigne (avec laquelle elle à pendant longtemps partagé le même destin) et Chypre.

Elle est entourée de plusieurs îles moins grandes dont les plus connues sont : Elbe (224 km2), Giannutri (26 km2). Giglio (21 km2), Capraja (19 km2), Pianosa (10,25 km2), Monte-Cristo (10 km2),  la Gorgona (2,2 km2).

 

Ses plus hauts sommets (pour les plus connus) sont : le monte Cinto (2706 m), le Monte-Rotondo (2622 m), la Paglia-Orba (2525 m), le monte Cardo (2453 m), le monte Padro (2390 m), le Monte-d'Oro (2389 m), le Monte Renoso (2352 m), le Capo tafonato (2335 m), La punta Artica (2327 m), le monte l'Incudine (2134 m).

 

Ses fleuves les plus importants sont :  le Golo (89,4 kms) qui prend sa source sur le mont Tula, le Tavignano (88,7 kms) qui prend sa source au lac de Nino, le Fiumorbo (45,7 kms) qui prend sa source dans le massif du Renoso. le Liamone (40,9 kms) qui prend sa source sur le monte Retto, le Fium'alto (30,9 kms ),  le Bevinco (28,1 kms),

 

Les étangs les plus importants sont : Chiurlinu, ancien port de Biguglia (1450 ha), Urbinu (790 ha), Diana, ancien port d'Aleria (570 ha), Palu (212 ha), Balistra (99 ha).

 

La Corse compte une quarantaine de lacs naturels dont les plus importants sont : Bettaniella (7,4 ha - altitude : 2321 m),  Capitello (6 ha - altitude: 1930 m), Nino, ou Ino (6 ha - Altitude: 1743 m), Bastani (4,4 ha - altitude: 2092 m), Creno (2,3 ha - altitude: 1310 m), Oriente (1 ha - altitude: 2060 m), Pozzolo (altitude: 2348 m), Nieluccio (altitude: 1919 m).

 

De par sa position géographique la Corse possède de nombreuses sources d'eau minérales sulfureuses et ferrugineuses aux puissantes vertus thérapeutiques mais malheureusement peu exploitées: Pietra-Pola, Puzzichello, Guitera, Caldaniccia, Gagno, Orezza, Lucciana.

 

La Corse possède aussi d'importants ressources minières, en particulier en Haute Corse, qui favorisèrent à partir du second Empire le développement industriel dans l'île et virent l'arrivée massive d'immigrés Italiens et d'ouvriers qualifiés qui participèrent à leur exploitation: Antimoine (Meria, Tominu, Luri, Ersa); Fer (Olmeta, Renno, carbini, Patrimonio, Feringule, Lota); Anthracite (Osani); Plomb argentifère (Pratu, Argentella, Ile-Rousse, Poggio d'Oletta, Corbara, Lunghignanu, Ciottona); Manganése (Aleria); Cuivre (Castifau, Paternu, Bevincu, Cardu, Linguizetta); Amiante (Canari, Scolca, Noceta); Arsenic (Matra); Albâtre (Brando, Crocicchia, Monte-Cibto); Les hauts fourneaux de Toga et la fonderie de Sari-Solenzara. Autant de richesses qui ne furent que peu ou pas du tout exploitées.

 

Il existe une profonde diversité géographique entre la Corse Alpine (L'En-deçà-des-Monts) et la Corse Hercynienne (L'Au-delà-des-Monts) qui correspondent respectivement et approximativement à la division des deux départements de la Haute Corse et de la Corse du Sud).

La Haute Corse comprend 3 arrondissements (Bastia-chef-lieu, Calvi, Corte) divisés en 30 cantons et 236 communes.

La Corse du Sud est divisée en 2 arrondissements (Ajaccio-chef-lieu, Sartène), 22 cantons qui regroupent 124 communes.

Au total, le département se compose de 5 arrondissements, 52 cantons, 360 communes (333 en zone montagne), 29 villes et 331 villages.

 

Me contacter

Haut de page

Date de mise à jour pour cette page : 26 février 2017