COPYRIGHT:  Décembre 2007 - Jacques Simon TIMOTEI
Bibliographie Livre d'or ***
 

 

 

VISITER AJACCIO

ENTRE PASSE ET PRESENT

 

Vous pouvez écouter sur cette page un extrait de la chanson "Mattinata Corsa" interprétée par Antoine CIOSI

 

La vieille ville

 

RUE BONAPARTE

Strada diritta ou carrughju drittu; rue de l'évêché; rue Napoléon; rue royale; rue Pozzo-di-Borgo.

C'est la plus ancienne rue de la ville. Dans cette rue, centre commercial, administratif et résidentiel, était installé "il publico palazzo", dans laquelle se trouvaient l'appartement du gouverneur, celui du commissaire génois, le tribunal et l'appartement du greffier. Les Pozzo-di-Borgo, les Peraldi, les Chiappe, les Ponti, les Baciocchi, les Rossi, y occupent les plus belles maisons de la ville.

A l'entrée (coté place Foch) se trouvait la porte de la cité génoise que ne franchissaient que quelques privilégiés du peuple corse.

 

RUE CONVENTIONNEL CHIAPPE

Strada Troilo Lubera; strada Baldovino Frasso; rue du Centre.

Troilo Domenico Lubera était un notaire génois.

Cette rue porte le nom d’Ange Marie Chiappe (né à Sartène en 1766 et mort à Paris en 1826), député de la Corse, membre et secrétaire de la Convention nationale.

 

RUE DE LA PORTA

Strada della porta; rue du Diamant.

Nommée ainsi parce qu'elle conduisait directement de la porte de la ville à la piazza del Diamante.

 

RUE DE L'ASSOMPTION

Strada della fontana d'agostu; rue du puy.

Dans cette rue se trouvait une des rares fontaines d'eau potable de la ville; mais elle était privée et son propriétaire, le sieur Baciocchi en faisait payer l'usage.

 

RUE DES ANCIENS FOSSES

Strada del macello.

Peut-être nommée ainsi  en raison d'un abattoir qui devait s'y trouver en ce temps là.

 

RUE DES GLACIS

Strada dei forni.

Tous les marins du port et tous les ajacciens connaissaient dans les années 40 la maison close de la rue des Glacis qui faisait concurrence à la villa Nathalia. Aujourd'hui, elle reste une rue typique du vieil Ajaccio d'autrefois.

 

RUE DES BUCHERONS

Calabragà.

Ce toponyme qui signifie "baisse les braies" en dit long sur la destination et l'usage réel de cette rue au 18ème siècle. Les toilettes étaient dans la rue et "calabraga" nous restitue une image des habitudes peu reluisantes qui se pratiquaient ici. Pour parler de quelqu'un qui a une mauvaise éducation on entend encore aujourd'hui ce dicton : "hé statu alllevatu in Calabragà" (Il a été élevé à Calabraga).

 

RUE DES TROIS MARIE

Stretta di Chapassu; Stretta di Canneto.

Rue des trois Marie: Marie la mère de Jésus, Marie de Béthanie et Marie de Magdala.

Stretta di Chapassu: Dans cette rue existait la distillerie de Jean Chappaz, savoyard d'origine. Grâce à son esprit d'entreprise il avait réussi à extraire de l'alcool des asphodèles et sa réussite était enviée par de nombreux Ajacciens qui le dénigraient à plaisir. Quand quelqu'un était malade on disait : "s'hè bitu un'acquavita di Chiapassu" (il a bu une eau de vie, c'est à dire un tord-boyau, de Chappaz) ou bien encore: " L'acquavita di Chapassu, tomba l'omi quattr'a quattru" (l'eau de vie de Chappaz tue les hommes quatre par quatre).

Stretta di Canneto: Au dessus de l'actuel monoprix, au lieu dit Canneto, se trouvait le bassin d'épuration des eaux emmenées par le canal de la Gravona. Des conduites partaient ensuite du réservoir, passaient sous l'actuel Monoprix et arrivaient jusqu'aux bains et au lavoir situé tout en bas de la rue des trois Marie où se trouvait  également une des rares fontaines qui alimentaient en eau potable une partie de la population de la ville. (voir plus bas-Ajaccio nostalgie, fontaine de Canneto-)

 

RUE FESCH ( U BORGU )

En partant de la place Foch : Piazza del Olmo; Piazza di u marcatu; strada del magazzeno del sale; strada di Santa Catalina; strada di San Rocco; strada delle Tre Marie; strada Della Barriera; stada dei Capuccini; rue de l'Impératrice.

La cité génoise était interdite aux corses qui vivaient dans ce faubourg (devenu l'actuelle rue Fesch). U borgu était séparé de A città par la piazza del olmo et par les murailles qui furent démolies en 1790 par Jean Jérome Levie, premier maire élu, et selon les directives de Napoléon.

En 1760, la première habitation construite au Borgu, près de San-Rucchellu, est cette maison en arcade, unique en son genre, qui existe encore aujourd'hui sous cette dénomination : La maison Montepagano.

De ce temps là, la mémoire locale en a conservé ce dicton : "Corre u Borgu e a città" (courir le bourg et la cité) qui signifie "n'être jamais là".

 

RUE FORCIOLI CONTI

Strada Doria; strada del Domo; strada dei Gesuiti; strada Delle Monache; rue du collège; rue des écoles.

Strada Doria - En l'honneur du condottiere Andrea Doria, amiral de François 1er, envoyé en Corse en 1503 pour mater la rébellion de certains féodaux corses qui s'étaient révoltés contre la Banque de Saint Georges.

Dans cette rue se trouvaient le couvent des Clarisses et le collège des jésuites avec son église dédiée à Saint Ignace, aujourd'hui Saint Erasme. Elle était donc très fréquentée par les religieux, d'ou ses dénominations successives.

 

RUE LETIZIA

Strada del peppe (del pevero).

Un moulin à poivre existait dans cette rue Letizia.

 

RUE NOTRE DAME

Strada della chiesa; strada San Gerolamo; strada Venasco; strada Lazaro Rossi; strada Centurione; strada San Giorgio; rue soeur Alphonse; rue Pozzo-di-Borgo; rue Zevaco Maire.

Lazaro Rossi (magnifico anziano) était un notaire né à Ajaccio le 15 décembre 1625.

 

RUE ROI DE ROME

Strada del torrione; strada della colletta; Carruggio della fontanaccia; strada di San Carlo; carruggio della cisterna; strada del diamante; rue Bourbon.

Cette rue conduisait à San Carlo où se trouvait une des citernes qui alimentait en eau les habitants des quartiers avoisinants. Aujourd'hui, elle porte le nom du fils de Napoléon 1er et de Marie-Louise d'Autriche: Napoléon François Charles Joseph Bonaparte (1811-1832), qui fut successivement roi de Rome à sa naissance, prince impérial, prince de Parme, Napoléon II et duc de Reichstadt. C'est à titre posthume qu'il portera le surnom de l'Aiglon.

Autrefois divisée en 4 sections, cette rue avait aussi son dicton : "Va a tirati un sartu ind'a culletta" (Va faire un saut dans la montée), qui signifie : "va te promener" ou "va te faire voir".

Dans cette rue, attenant à l'église Saint Jean-Baptiste, se trouvait l'hôpital Bourgeois (l'ospizio dei Poveri) crée en 1581.

 

RUE SAINT CHARLES

Strada Malherba; strada del Séminario Vecchio; strada Trabacchino.

Malherba était un notaire génois. Dans cette rue, qui conduisait au vieux séminaire, les notables de la ville comme les Paravicini, les Ornano, les Benielli, les Ramolino y avaient élu domicile.

 

RUE SAINTE CLAIRE

Strada Géronimo Scaffa.

Géronimo Scaffa (magnifico anziano) était un notaire.

Aujourd'hui, le nom de cette rue renvoie à Sainte Claire d'Assise (Santa Chiara) fondatrice de l'Ordre des Pauvres Dames (Clarisses), déclarée sainte par l'église catholique.

 

LA PLACE DU DIAMANT

Piazza del diamante; place Bonaparte; place Royale; place De Gaulle.

Autrefois, en 1773, cette place était un jardin, propriété du sieur Meuron, sur lequel était édifié une grande maison avec son potager, son bassin d'arrosage, ses écuries et son moulin à huile. En 1832, l'agrandissement de l'hôpital militaire, dont les travaux ne seront d'ailleurs réalisés qu'en 1841, imposa la destruction de l'ensemble. 

Inaugurée en 1802 par le préfet Miot, la place du Diamant appelée ainsi en raison d'un ancien bastion des remparts, deviendra la place Bonaparte. Elle changera souvent de nom au gré des courants politiques mais reste dans le coeur des Ajaccien "U Diamante". En août 1854 le conseil général lance une souscription pour l'édification d'un monument à la gloire de Napoléon. Inaugurée par le prince Jérôme Napoléon le 18 mai 1865, (l'Encrier, comme la surnommeront les Ajacciens) est l'oeuvre de Viollet-le-Duc. Napoléon 1er est de Barry; Lucien, de Thomas; Joseph et Louis, de Petit; Jérôme de Maillet.

L'ensemble est aussitôt décriée par les Ajacciens qui jugent que cette statue d'un Napoléon vêtu d'un habit de fantaisie que quelques-uns qualifie de costume d'empereur romain, tenant dans sa main le globe du monde, tandis que ses quatre frères debout et à pied, paraissent avoir du mal à le suivre, est une oeuvre déplorable  et ridicule qui défigure la piazza di u Diamante. Ce jour là, le peuple corse tout entier, proteste contre cette mutilation historique et refuse de reconnaître Son Empereur sous les vêtements d'un Romain, qui mène son cheval à l'abreuvoir, auquel on a oublié de mettre des éperons et qui tourne le dos à la ville pour regarder la mer. A côté, les deux exèdres en marbre blanc dues au ciseau de Vital Dubray apparaissent si remarquables qu'elles ne semblent pas appartenir à l'ensemble.

Cette place du Diamant, d'une superficie de 12000 m2, a été par 3 fois le théâtre d'importants travaux (1969,1982 et 1986 avec la construction d'un parking souterrain qui en 2016 a nécessité un important étayage pour soutenir l'esplanade). Terminés en 1989, les aménagements de la place du Diamant soulèvent à nouveau un tollé de protestations de la part de nombreux Ajacciens qui dénoncent le massacre d'un haut lieu du patrimoine : les deux magnifiques bancs de granite ont disparu, le vieux kiosque a été remplacé par une caricature, le sol de terre battue a laissé la place au béton et l'imposante statue, après avoir subi un "lifting" sur le continent, est depuis tournée vers la ville et regarde impuissant une place du Diamant qui menace de s'effondrer.

 

LA PLACE DES PALMIERS

Piazza del'olmo; place du marché; place Foch.

C'est là plus ancienne place d'Ajaccio. Elle fit partie du plan de restructuration et de modernisation engagé par Napoléon en 1802. On y construisit tout autour des maisons que les riches Ajacciens voulaient habiter. La place fut agrandie vers la mer et, dans le but de lutter contre la pénurie d'eau, elle fut dotée d'une fontaine monumentale (qui ne fut véritablement terminée qu'en 1827) ornée de 4 lions en granit, oeuvre de Jérôme Maglioli et d'une statue en marbre du premier consul, oeuvre de Maximilien Laboureur.

 Les vieux Ajacciens l'appellent encore aujourd'hui "la fontaine aux quatre lions."

Autrefois, on pouvait voire des femmes et des jeunes filles qui venaient y remplir un tonnelet de bois ou une cruche. Du matin jusqu'à tard le soir, transportant sur leur tête, posé sur une capagna, ce tonnelet qui pesait entre 20 et 25 kilos, elles parcouraient la ville, grimpant parfois plusieurs étages, pour livrer contre un peu d'argent, le précieux liquide..

Sur cette place se faisaient de nombreux échanges commerciaux avec les villages alentour et les vieux Ajacciens employaient l'expression "falà in piazza" qui signifie : " aller faire ses courses".

 

PLACE SPINOLA

Piazza Spinola; place Beaumanoir.

Cette petite place près de la citadelle porte le nom de Carlo Spinola qui  était commissaire de la ville Génoise en 1765. Le gouverneur Spinola expédia dans toutes les pièves de l'île des soldats chargés de lever de gré ou de force l'impôt des due seni. Au mépris de la foi jurée, il donne l'ordre d'arrêter et d'emprisonner le Comte Vincente de Leca et plusieurs seigneurs de la Roca, une région qu'il parcourut ensuite en vainqueur avec son armée en pillant, détruisant et brûlant sur son passage une grande partie de la Cinarca.

 

BOULEVARD DANIELLE CASANOVA

Strada del fosso.

Cette rue était baptisée ainsi en raison des fossés remplis d'une eau nauséabonde qui entouraient les murs de la citadelle et dans lesquels, on jetait les cadavres.

Danielle Casanova, militante communiste, née à Ajaccio le 09 janvier 1909 est morte en déportation à Auschwitz le 09 mai 1943.

 

PASSAGE POGGIOLO

Stretta del Poggiolo.

Sous un immeuble de la rue Fesch, ce passage permet de rejoindre rapidement le port et la place du marché.

 

COURS NAPOLEON

Corsu Santa Lucia; Stradone di Negroni; voie Royale.

En juillet 1802, le percement du grand cours, de la Caserne à Sainte Lucie, va permettre à la ville de se développer dans un nouvel espace. Les riches propriétaires n'hésiteront pas à quitter leurs appartements de la vieille ville pour investir rapidement dans cette nouvelle artère où l'urbanisation, stimulée par la construction de la préfecture puis du théâtre va se poursuivre rapidement. Vers 1850, les premières maisons destinées à la location accueillent une population rurale grandissante venue en ville chercher du travail. En 1857, devant Sainte-Lucie, sera ouvert un chantier de constructions navales qui permettra de faire vivre plus de 150 familles..

Formant l'angle du cours et de la rue de l'assomption, la maison construite par François Levie semble dater de l'année 1804 et se trouve être sans conteste, la plus ancienne maison du cours. Elle abritera en 1815 les tribunaux de commerce et de la justice de paix.

 

RUE EMMANUEL ARENE

Rue neuve; rue vieille place; rue Saint-Louis; rue Cardinal.

Elle part de la rue de La porta, coupe l'avenue du 1er Consul et rejoint la rue Stéphanopoli.

Emmanuel Arène (1856-1908), conseiller général de la corse, plus jeune député de France, sénateur de la corse de septembre 1904 jusqu'à sa mort. U Rè Manuellu était également journaliste et écrivain.

 

RUE STEPHANOPOLI

Strada del caffè; stretta di Conti; rue Neuve; rue Royale.

Cette rue part du cours Napoléon et rejoint la rue Fesch.

Démétrius Stephanopoli De Comène, (1749-1821) d'origine grecque, est né à Paomia (Cargese).

 

Les édifices publics

 

LA PREFECTURE

C'est sous le règne de Louis XVIII qu'est décidée la construction d'un nouvel hôtel de préfecture dont le siège était auparavant situé dans les locaux du séminaire. Décidés par une ordonnance royale du 25 septembre 1822, les travaux débutent en juillet 1826 et sont dirigés à distance par un architecte parisien, Alphonse De Gisors. Les matériaux utilisés sont extraits de la carrière du Belvédère.

Cependant les travaux traînent en longueur et le maître d'oeuvre, Dominique Vico, est remplacé le 29 août 1830, par François Levie qui vient de terminer le théâtre Saint Gabriel et qui clôturera enfin ce exorbitant programme le 15 septembre 1836, date à laquelle son premier locataire, le préfet Jourdan, prendra possession des lieux.

Valéry dira: ";Voila un édifice bien trop fastueux pour une île aussi pauvre. L'éclairage et les soirées de M. le préfet seront chers dans ce splendide palais...".

 

L' HOTEL DE VILLE

Le projet de construction qui date de l'époque de Napoléon 1er se concrétise. En 1826, les travaux dirigés par l'architecte Pergoli sont réalisés par l'entreprise Elie Exiga. Le 19 décembre 1834, les services municipaux s'y installent enfin. Le tribunal Civil et le tribunal de Commerce y sont également logés de 1835 à 1873. En 1857, la façade de "la maison carrée" est dotée d'une horloge  Borrel-Fontany.

En face à la mairie sur le quai, la statue Atlante en granit rose sur sa pyramide, d'un poids de 18 tonnes et d'une hauteur de 6 mètres, a été réalisée par le sculpteur Noël Bonardi en 1990.

 

LA CITADELLE (U FOSSU)

En 1483, l'office de Saint Georges, ayant repris le contrôle de la Corse et soucieux d'asseoir son autorité vis a vis du contre pouvoir local, décide l'édification d'un site portuaire fortifié sur un promontoire appelé par les génois "punta della leccia", plus sain que le site de Castel-Vecchio et plus facile à protéger. Le 30 avril 1492, la première pierre qui sera le point de départ de la nouvelle cité d'Aiacciu est posée et les premières familles génoises et ligures s'y installent .

En 1503, le maréchal de Thermes fait procéder à la fortification du castellu en l'entourant d'épaisses et hautes murailles. En 1562, de larges fossés sont creusés autour des murailles et remplis d'eau de mer et l'on n'accède plus dans la citadelle que par un pont-levis.

Dans ce quartier que les vieux Ajacciens appellent toujours "U fossu", la citadelle d'Ajaccio, véritable patrimoine culturel, reste encore aujourd'hui, malgré les nombreuses négociations entreprises, une propriété du ministère de la défense.

 

LA CATHEDRALE

En 1582, le pape Grégoire XIII et le Sénat de Gênes autorisent la construction d'une cathédrale en remplacement de l'église Sainte Croix démolie en 1553 pour permettre l'aménagement des fossés de la citadelle.

La réalisation de la cathédrale est confiée à Joseph Mascardi, vicaire apostolique qui meurt durant les travaux, puis à Jules Giustiniani nommé évêque d'Ajaccio qui poursuivra l'oeuvre de Mascardi jusqu'à son achèvement en 1593. La légende veut que Napoléon 1er y ait été baptisé le 21 juillet 1771 par l'abbé Jean-Baptiste Diamante.

 

LA MAISON BONAPARTE

Dans cette maison située rue Malerba (Saint Charles) Napoléon y naquit le 15 août 1769.

A l'époque génoise, c'était une modeste demeure de 6 pièces à laquelle fut annexée la maison Bozzi en 1743. En 1790, Carlo Buonaparte y ajoute la maison Sapia. En 1793, la famille Bonaparte est en fuite et la maison, abandonnée aux Paolistes, est entièrement saccagée. Quand Letizia rentre à Ajaccio fin 1796, elle  procède à des travaux d'agrandissement et de remeublement de la maison. Elle quittera définitivement Ajaccio en juillet 1799. Bonaparte habitera la maison familiale pour quelques jours et pour la dernière fois à son retour d'Egypte  en 1799. Il ne reviendra plus jamais en Corse.

En 1804, Napoléon dont la maison est désormais inhabitée en fait donation, contre la volonté de sa mère, à son cousin André Ramolino qui décède en 1831 en la laissant à son filleul André Napoléon Levie. Letizia intente alors un long procès et la maison retournera aux Bonaparte en 1843. En 1923, la maison Bonaparte devient propriété Nationale.

En face de la maison, dans le petit jardin, on remarque un buste en bronze du Roi de Rome, oeuvre du sculpteur marseillais Jean-Elie Vezien, installé ici lors du centenaire de la mort de Letizia, en 1936.

 

LE CHATEAU BACIOCCHI

Le Comte Félix Baciocchi, né à Ajaccio en 1803, était le neveu d'Elisa, soeur de Napoléon et premier Chambellan de Napoléon III. En 1851, bravant le paludisme, il fait construire sur un terrain de 11000 m2 situé au lieu dit "les cannes", une somptueuse demeure. Les deux aigles de marbre qui surmontent la façade lui ont été offerts par le prince Demidoff, époux de la princesse Mathilde Bonaparte.

En 1860, faisant escale à Ajaccio, l'empereur Napoléon III et l'Impératrice visitent le château. En 1922, la comtesse Baciocchi, établie à Florence, vend le château à la société religieuse des filles de Marie.

En mai 1945 et durant 5 mois la ville est complètement isolée en raison d'une épidémie de peste et le Château Baciocchi est transformé en lazaret.

Devenu établissement secondaire en 1963 et baptisé "école notre dame", le château devient en 1971 l'établissement scolaire Saint-Paul..

 

LE PALAIS FESCH

L'Abbé Felix Peraldi, prête-nom du Cardinal Fesch exilé en Italie par une loi du 18 janvier 1816 qui chasse les familles des Bonaparte hors de France, fait construire selon la volonté de ce dernier, un institut de la science et des arts. Dirigés par l'architecte Frasseto, les travaux débuteront en 1828 mais les travaux dureront douze ans et Joseph Fesch mourra le 13 mai 1839 avant que son projet ne soit achevé. En 1845, l'édifice abrite le collège communal et il ne sera inauguré qu'en 1852. Au milieu de la grande cour carrée, est inaugurée le 15 août 1856 la statue de celui qui voulu donner à la ville un établissement et un héritage prestigieux, le Cardinal Fesch.

Le Palais Fesch, dont il est utile de rappeler qu'il est, après le Louvre, le deuxième musée de peintures Italiennes, abrite environ 800 toiles provenant pour la plupart, des pillages effectués par Napoléon lors de sa campagne d'Italie et offertes à son oncle Joseph qui en fit don à la ville d'Ajaccio.

 

LE LAZARET D' ASPRETO

En 1837, les services sanitaires de la ville demandent le remplacement du lazaret construit en 1807 sur l'île de Mezzu mare aux Sanguinaires et trop éloigné de la ville. Commencés en 1843 et dirigés par l'architecte Lottero, interrompus en 1845 faute de crédits, les travaux repris par l'architecte Cotin ne seront achevés que le 31 mai 1847.

Le Lazaret n'a jamais vraiment fonctionné comme tel, sauf en août 1855 lorsque quatre voyageurs arrivant de Sardaigne et présentant tous les signes du cholera et y sont mis en quarantaine et meurent quelques jours plus tard. Malgré les précautions qui ont été prises l'épidémie se développe en ville et sévit jusqu'à la fin de l'année faisant de nombreuses victimes.

Le Lazaret d'Aspreto a servi de dépôt de tabac, d'écuries et de logement destinés aux détenus qui travaillaient à la construction de la route impériale. En 1960, il a même été exploité comme établissement de boisson sous l'enseigne "Le bar des amis".

Le Lazaret a été inscrit en 1977 à l'inventaire des monuments historiques. Après un projet de réhabilitation en résidence hôtelière qui n'a jamais vu le jour, il devient en 1996, propriété de François Ollandini  qui décide de le reconvertir en centre culturel et en musée.

Aujourd'hui, le Lazaret Ollandini abrite le musée Marc Petit et des spectacles ainsi que des expositions y ont lieu régulièrement.

 

LE TEMPLE PROTESTANT

En 1868 Miss Thomasina Mary-Anne Elisa Campbell achète un terrain communal de 750 m2 sur le cours Grandval pour y faire construire un temple protestant destiné à parfaire le bien-être de ses compatriotes. En raison des difficultés qu'elle rencontre pour son projet, l'acte de vente ne sera signé que le 13 août 1874 devant le notaire Dominique Risterucci, entre le maire de la ville d'Ajaccio François Forcioli Conti et Mademoiselle Thomasina MAE Campbell, représentée par Dominique Stefani, architecte et conducteur des travaux de la superbe église de la Sainte Trinité (The Holy Trinity church) toute en granit gris, qui sera ouverte au culte en 1878.

Aujourd'hui, Ajaccio station d'hiver n'est plus et l'église Anglicane, propriété de la ville, a perdu sa vocation pour devenir une école de danse.

 

LA CHAPELLE DES GRECS

La construction de la chapelle de Notre Dame du Mont Carmel date probablement de 1619. Elle a été baptisée chapelle des Grecs car elle servi de 1731 à 1774 de lieu de culte à la communauté grecque chassée par les Corses de la région de Cargèse (Paomia) où Gênes l'y avait installée en 1610. Dans cette chapelle reposent plusieurs membres de la famille Pozzo-di-Borgo ainsi que le général d'Empire Pascal Antoine Fiorella (qui après avoir pris a retraite, s'étais mis à exercer la fonction de banquier en prêtant de l'argent aux notables à des taux d'usurier et à des conditions discutables), décédé en 1818 et qui donna son nom à une rue d'Ajaccio.

 

LE CIMETIERE 

Au début du XVIIIème siècle, malgré un arrêté pris sous la révolution, les morts sont encore enterrés dans les églises. C'est à la cathédrale d'Ajaccio que l'on ensevelit le plus. Les cadavres y sont entassés pêle-mêle et c'est à peine si on les recouvre de chaux. En 1782, la ville décide la construction d'un cimetière au jardin Benielli, mais les orages et les écoulements qui déterrent les cadavres forcent la municipalité à choisir en 1789 le jardin de Saint François comme nouvel emplacement. Un choix qui se révèle malheureux car les vents soufflent vers la ville des odeurs pestilentielles puisqu'en 1798, on décide à nouveau de déplacer le cimetière aux Capucins. Cette solution s'avère encore insatisfaisante et le Conseil municipal décide de déplacer le cimetière, cette fois assez loin de la cité. C'est donc en pleine campagne, sur la route des Sanguinaires au lieu dit Cannicciu (la cannaie) que les Ajacciens fixent définitivement leur choix le 27 février 1834. Le cimetière marin des Sanguinaires sera agrandi par deux fois : D'abord en 1876 puis ensuite en 1934.

Des anonymes et de grands hommes, qui ont écrit l'histoire de la Corse, y dorment côte à côte dans un repos éternel et nous invitent à parcourir ces allées des ombres à la recherche du temps passé.

Au centre de l'allée principale, la Madonuccia, offerte à la ville par la fille du parfumeur François Coty, veille sur le repos des âme.

 

LES SANGUINAIRES

Les île sanguinaires qui ont été rendues célèbres par Alphonse Daudet dans les "Lettres de mon Moulin", se composent  de quatre îlots : Isula di Porri, Isulettu (l'île des Cormorans), Isula di Cala d'Alga et l'Ile de Mezzu mare (la grande sanguinaire).

Positions côtières stratégiques, les Sanguinaires sont un lieu d'observation idéale et les génois y construisent en 1550 et en 1608, une tour de gué (tour de la Parata) et une tour carrée (tour de Castellucciu).

En 1640, les Sanguinaires sont cédées à perpétuité à un noble génois. On y plante du blé, de la vigne, des arbres fruitiers, on y élève du bétail et l'on y pratique une chasse abondante. Le Plan Terrier rapporte que dès le XVIII ème siècle une dizaine de familles exercent une activité agricole sur l'île de Mezzu mare (la grand île).

En 1776, les Sanguinaires deviennent propriété d'un certain Gauthier qui y pratique la pêche au thon.

En 1791, le domaine en devient propriétaire et l'île va servir de Léproserie à partir de 1807 jusqu'à la construction du nouveau Lazaret.

EN 1838 les Sanguinaires seront acquises par la ville d'Ajaccio qui y construira en 1845 le célèbre phare (toujours en activité) et un sémaphore en 1865 (désaffecté en 1955).

Sanctuaire d'espèces animales et végétales, les îles sanguinaires ont été classées "zone natura 2000". 

 

L'HOSPICE EUGENIE

Portant le nom de sa généreuse donatrice l'Impératrice Eugénie, cet hôpital des pauvres sera construit en bord de mer, sur le domaine du Casone au lieu-dit "Rossino". Les travaux de construction dirigés par l'architecte Lottero débuteront en 1842 et s'achèveront en 1854. Aujourd'hui ce bâtiment loge les services du rectorat.

 

L'EGLISE SAINT ROCH

La population du cours Sainte Lucie étant de plus en plus nombreuse, la ville décide en 1862 la construction d'une nouvelle église au lieu-dit "Fortino". Construite d'après les plans de l'architecte Maglioli, l'église Saint Roch sera inaugurée en 1897. La nouvelle église a détrôné celle de San Rucchellu sul mare construite dans la rue Fesch en 1599 et située à l'époque en bordure de mer.  

 

LE CHATEAU DE LA PUNTA

Il symbolise en quelque sorte le triomphe des Pozzo di Borgo sur leurs ennemis jurés: Les Bonaparte..

On raconte que lorsque le dernier des Bonaparte fut écrasé et que la commune eut incendié son palais, un Pozzo s'en vint prendre ces débris qui avaient vu la grandeur du plus grand des Bonaparte et les transporta au dessus d'Ajaccio pour dresser avec les pierres de ces Tuileries qui avaient été napoléoniennes, un palais Pozzo qui dominât la Casa Bonaparte.

Le duc Jérôme Pozzo-di-Borgo fait édifier en 1886 à 600 mètres d'altitude sur les hauteurs d'Ajaccio le château de la Punta dont la construction d'une surface d'environ 600 m2, confiée à l'architecte Charles Vincent, sera achevée en octobre 1891.

Les pierres ayant servi à sa construction proviennent du château des Tuileries qui a été incendié en 1871. Les grilles de fer forgé sont celles du château de Saint-Cloud. Classé monument historique en 1977, le château de la Punta a été, ironie du sort, gravement endommagé à son tour par un incendie en juillet 1978.

Véritable trésor du patrimoine, resté abandonné pendant des décennies, acheté à la famille Pozzo-di-Borgo par le conseil général en 1992, le château a fait en 1996, l'objet d'important et coûteux travaux de restauration de sa toiture mais reste toujours, en raison de ton état de délabrement, interdit au public.

 

LE CASONE (ou la grotte Napoléon)

Place Giraud, Place d'Austerlitz..

Sur cette ancienne propriété des Jésuites ayant été achetée par Joseph Bonaparte en 1797, la statue de l'Empereur (réplique en bronze de la statue du sculpteur Français Charles Marie Emile Seurre, qui couronnait la colonne Vendôme et qui se trouve aujourd'hui aux invalides) est posée sur son imposant piédestal de granit le 18 mars 1938, grâce à une souscription publique.

Cette statue, fondue par Antoine Durenne, ornait déjà depuis 1821 le hall de l'hôtel de ville. La réalisation du monument, dont la maquette a été transporté de Nice à Ajaccio à Bord du navire Pascal Paoli, avait été confiée à la société des grands travaux de Marseille. L'inauguration a eu lieu le 15 août 1938 en présence de César Campinchi, ministre du gouvernement Daladier.

La légende romancée qui veut que le jeune Napoléon y soit venu lire et y jouer, a fait de la grotte un symbole.

 

LA CHAPELLE PALATINE

Plus connue sous le nom de chapelle Impériale.

Selon les voeux du Cardinal Fesch, une sépulture sera construite à Ajaccio pour lui et sa soeur ainsi que pour tous les membres de la famille qui le souhaiteront. Le 23 août 1857, on pose la première pierre de la chapelle impériale qui sera inaugurée deux ans plus tard par Napoléon III. Madame Mère est décédée à Rome en 1836, son frère le Cardinal Fesch est mort en 1839; les deux corps sont ramenés à Ajaccio en 1851 et déposés à la cathédrale jusqu'à leur transfert dans la chapelle le 14 septembre 1860. Charles Bonaparte les a rejoints en 1950.

La chapelle est dallée en marbre noir et blanc. Elle a été construite en 1855 par Paccard, architecte officiel du régime Impérial. L'autel est orné d'un Christ magnifique de la plus grande valeur au point de vue artistique: il a été apporté d'Égypte par Napoléon Ier et offert à sa mère en août 1799.

 

LE CASINO

Pour afficher sa vocation de station balnéaire, Ajaccio, à l'image des autres villes de la côte, doit se doter d'un casino. Celui-ci va ouvrir ses portes en décembre 1928. Il dispose d'une magnifique terrasse qui donne sur la place du Diamant et c'est le seul établissement de jeux d'argent dans l'île.

 

LE PALAIS DE JUSTICE

Dans le nouveau quartier de la ville  le préfet Poubelle inaugure en mai 1873 le palais de justice.

En 1876, à droite du palais de justice, une nouvelle prison est construite pour remplacer celle de la citadelle. A gauche, un peu plus tard, une caserne de gendarmerie viendra compléter l'ensemble.

 

L'EGLISE SAINT-JEROME ET SAINT JEAN-BAPTISTE

Située à l'angle de la rue Saint-Charles et de la rue Roi-de-Rome, elle est le plus ancien édifice religieux de la ville (1580).

Au XVIIIème siècle, elle se substitue à la cathédrale temporairement fermée. Lucien, Elisa, Louis Bonaparte y ont été baptisés.

De la révolution à la fin de l'Empire l'église est transformée en salle de spectacle, ce qui lui permet d'être sauvée de la ruine. Rendue au culte, puis de nouveau fermée en 1989 pour d'importants travaux de restauration, l'église retrouvera définitivement sa véritable vocation le 24 juin 1991, jour de la fête patronale et les fidèles pourront de nouveau y admirer la précieuse relique du Cristu moru.

 

LE MONUMENT DE LA TERRE SACREE

Ce monument, à la gloire des douze mille Corses morts pour la France a été conçu et réalisé par Gaston Deblaize, sculpteur et ancien "poilu". Il conserve un peu de terre de chacun des douze champs de bataille de la guerre 1914-1918.

Il a été inauguré à Vignola, route des Sanguinaires, le 30 septembre 1933 en présence de Gaston Doumergue et de Hyacinthe Campiglia, maire d'Ajaccio.

Cette "borne" commémorative dédiée aux 48000 morts pour la France, a la particularité d'être l'une des six qui existent dans l'Exagone (Eglise Saint-Louis des Invalides, récif de Guernic, Cinq-Mars-la-pile en Indre et Loire, Meurs en Haute-Marne, le bois-le Prêtre sur le lieu même du combat. Une septième borne se trouve à Arlington aux Etats-Unis.

 

LA GARE

En octobre 1888, l'entreprise Dominique Morelli achève la construction de la gare d'Ajaccio, terminus de la voie ferrovière Bastia-Ajaccio qui sera ouverte au public le 12 novembre 1895... Mais le premier train sur le cours Napoléon est encore à traction animale.

Les rails descendent le cours Napoléon, la rue du marché (rue du 1er Consul), longent la grande jetée puis le bord de mer par le boulevard Lantivy jusqu'aux carrières du Scudo (à la hauteur de Marinella) et des calanques (au dessus de l'hôtel du même nom) qui fournissent les pierres nécessaires à la construction des quais. (La dernière carrière du Scudo, exploitée par la SECA, cessera de fonctionner faute d'absence de main d'oeuvre qualifiée, en 1981).

Sept passages à niveau sont installés sur toutes les rues perpendiculaires. A  Caldaniccia  où l'on vient d'implanter une gare, le tramway qui emmène les curistes, est remplacé par le train. En 1921 le réseau est développé et amélioré. La ligne Casamozza-Guisonaccia ouverte en 1888 est prolongée jusqu'à Solenzara en 1930 puis jusqu'à Porto-Vecchio en 1935. Les premiers autorails sont mis en service en 1937 et il faut désormais quatre heures au lieu de sept pour relier Ajaccio à Bastia.

 

LES MILELLI

Ancienne propriété de la famille Odone qui en fit don aux Jésuites en 1703, les Milelli furent attribués au domaine lorsque ces derniers furent chassés de France en 1773 ; mais à la suite d'un long procès intenté par Carlo Bonaparte, ce bien entrait dans le patrimoine des Bonaparte en 1786.

C'est aux Milelli que, pourchassée par les partisans de Paoli, Letizia, accompagnée de son fils louis, de ses filles Elisa et Pauline, et de son frère, l’abbé Fesch, vint se réfugier le 25 mai 1793 avant son départ pour Toulon.

Bonaparte y séjournera à son retour d'Egypte, en compagnie de Berthier, de Murat et de Lannes.

La propriété des Milelli d'une superficie de douze hectares, sera léguée à la ville d'Ajaccio par le Cardinal Fesch.

La maison a fait l'objet d'une restauration complète en 1969.

 

LE LYCEE FESCH

Le projet de construction d'un collège sur le site du petit séminaire dont on conservera la chapelle, est  accepté en octobre 1911 mais l'arrivée de la guerre en retardera la réalisation.

Le collège Fesch, oeuvre de l'architecte Demetrius Rotter, sera inauguré le 30 octobre 1936. Par décret du 29 novembre 1941, signé par le Maréchal Pétain, chef du gouvernement de Vichy, le collège deviendra Lycée d'état. En 1982, l'établissement est partitionné: Le Lycée occupe le bâtiment coté cours Grandval tandis que le collège est installé dans les ailes donnant sur le boulevard Lantivy. Mais aux yeux de tous les Ajacciens le Lycée Fesch reste unique et indivisible.

Aujourd'hui, la chapelle abrite le Centre de Documentation et d'information. L'internat à été supprimé.

L'exposition photos "Le relais des souvenirs", organisée chaque année permet aux anciens du Lycée Fesch de se retrouver pour discuter du bon vieux temps des monômes et commenter à la manière de l'oeuf  (le journal des années 60 du Lycée) un passé insouciant et nostalgique.

 

NOTRE DAME DE LORETO

L'oratoire de Notre-Dame de Loreto a été construit au XVII siècle par l’abbé Francescu Baciocchi. Un pèlerinage y a lieu le 8 septembre, fête de la nativité de la vierge.
On y voit une statue de la vierge qui, selon la légende, aurait seule échappé au mystérieux incendie des Setti Mulini. Attenante au sanctuaire, on trouve la chapelle funéraire de quelques membres de la famille Baciocchi et en particulier la dépouille du comte Felix Baciocchi qui fut terrassé par une crise au palais des tuileries le 23 septembre 1866 et dont le corps fut ramené en Corse par le vapeur Compte Baciocchi auquel son ami l’armateur Valery, avait donné son nom.

 

LA CARROSACCIA

Sur la route des Milelli, surplombant une colline, se dresse une grande bâtisse dont la tour lui donne un aspect médiéval. Elle fut construite par un anglais, ancien officier de l’armée des Indes, le Major Murray qui recherchait en Corse un terrain favorable à la culture de cédrat. Cette propriété appartenait auparavant à Jean-Jérôme Levie, premier maire élu d’Ajaccio sous la Révolution.

Rachetée plus tard par Mrs Bradshaw et Strasser-Ensté, les associés de Miss Campbell, la maison sera entièrement modifiée et deviendra le Château de la croix d’Alexandre. Strasser-Ensté, homme d'affaire avisé, transformera la propriété en une importante exploitation horticole de plus de plus de 900 variétés d’arbres, de plants de vignes, de plantes et de fleurs à laquelle viendra s’ajouter une fabrique de parfums. Mais en raison de la situation géographique de la corse et des impératifs de livraisons qui ne pouvaient être respectés pour ce genre de cultures, le succès escompté ne fut pas au rendez-vous et faute de débouchés vers le continent, l’affaire périclita rapidement.

La Carrosaccia, aujourd'hui dans un bien triste état, est devenue un "immeuble" à usage d'habitations.

 

LA CHAPELLE SAINTE LUCIE

Située tout en bas du Cours Napoléon, isolée et discrète, cette chapelle accueille depuis 35 ans les protestants, ces derniers ayant perdu leur ancien lieu de culte, l’église anglicane récupérée par la ville pour en faire une salle de danse.

L'Oratoire a été le siège de la confrérie des laboureurs et des jardiniers qui travaillaient et travaillent encore à l’entrée de la ville. Un pèlerinage y a lieu chaque année, le 13 décembre.

 

L'AQUEDUC DE LA GRAVONA

Un décret impérial de 1862 décide la déviation des eaux de la Gravona grâce à un canal long de 18.109 mètres qui part du barrage de Peri et se poursuit jusqu'au bassin du Canneto (à hauteur du Monoprix). Dans le même temps on procède à la création de 27 fontaines qui auront un débit estimé de 300 litres/seconde. Les travaux dureront jusqu'en 1868. La gestion du canal par la municipalité s'avèrera cependant compliquée en raison de l'énorme gaspillage fait par les usagers et en 1904, la décision de poser des compteurs va soulever de violentes protestations. Dès lors, la ville, mieux approvisionnée en eau, peu s'équiper de bains publics, de lavoirs et de latrines.

  

Ajaccio nostalgie

 

 

Dès le début du second Empire Ajaccio s'ouvre au tourisme. Les deux précurseurs de cette époque très Britannique sont le Comte Baciocchi qui fait construire en 1863, quatre "cottages" sur le cours Grandval, et Thomasina Campbell qui influe pour la construction d'un temple protestant sur ce même cours. En même temps plusieurs grands hôtels de luxe voient le jour : L'hôtel de France en 1867 (place du Diamant -Maison Pozzo-di-Borgo) dans lequel séjournera l'impératrice Sissi en octobre 1890, l'hôtel Germania (cours Grandval), l'hôtel d'Europe (rue Sergent Casalonga), l'hôtel du Luxembourg (1851), l'hôtel du Nord qui deviendra l'hôtel-restaurant Solférino (8 et 10 cours Napoléon), l'hôtel de Londres (rue Général Campi), l'hôtel Schweizerhof rebaptisé hôtel Suisse (actuel boulevard Sylvestre Marcaggi), l'hôtel des étrangers en 1890 (2,rue Rossi)  l'hôtel des Gourmets  (4, cours Napoléon), l'hôtel Bellevue en 1883 (cours Général Leclerc).

 

 

Vues générales d'Ajaccio

Entre passé et présent.

 

L'HOTEL DE FRANCE

L'hôtel de France ouvre ses portes en 1867. Le propriétaire des lieux est M. Joseph Emieux. Situé en plein centre et bénéficiant à ce titre d'une situation privilégié, cet hôtel de luxe à l'excellente table accueillera toute l'aristocratie étrangère et des hôtes de marque comme Thomasina Campbell en 1867 ou l'impératrice Elisabeth d'Autriche (Sissi) en 1890.

L'hôtel de France cessera de fonctionner au cours des années 1960.

 

L'HOTEL DES ETRANGERS

L'hôtel des Etrangers situé 2 rue Rossi, à été construit en 1890 par un Suisse du nom de Lichwitz. Seul inconvénient, cet l'hôtel-pension ne dispose pas de restauration sur place pour les touristes qui viennent profiter de la station d'hiver.

L'hôtel changera souvent de propriétaire au fil des ans. En 1920, il sera repris par Martin Baretti, également propriétaire du grand l'hôtel de la forêt ouvert en 1893 à Vizzavona.

Occupé par la Direction Départementale des affaires Sanitaires et sociales durant plusieurs années, il a été aujourd'hui rehaussé d'un étage et transformé en immeuble à usage d'habitations.

 

L'HOTEL GERMANIA

Propriété de l'Allemand DIETZ, construit en 1865 et ouvert en 1869, premier hôtel de la station hivernale dans le quartier des étrangers, tout près du Grand Hôtel et Continental d'Ajaccio, ce grand hôtel restaurant de luxe à la cuisine raffinée  est destiné à recevoir une clientèle de voyageurs Anglais, Russes et Allemands. En 1880, l'hôtel Germania, entre temps rebaptisé hôtel Continental, est revendu à Théophile Hofer-Vassali.

Aujourd'hui cet hôtel est devenu un immeuble à usage d'habitation mais les fresques peintes sur la grande voûte dans l'entrée, témoignent encore de son passé prestigieux.

 

L'HOTEL DE LA PLAGE A BARBICAJA

Sur la route des Sanguinaires, cet hôtel, pension de famille, construit vers 1930 appartenait à Joseph GIUNTI. L'imposante et majestueuse bâtisse édifiée sur une magnifique propriété est aujourd'hui à l'abandon et dans un triste état de délabrement.

 

LE CYRNOS PALACE

Tout en haut du cours Grandval et à l'angle de la rue qui porte son nom, Miss Campbell, riche aristocrate Ecossaise, achète en 1886 au comte Multédo  une parcelle de terre sur lequel elle envisage de construire un hôtel; mais elle décède à Genève et cinq ans plus tard M. Bradshaw, héritier de tous ses biens, vend à M et Mme Stasser-Ensté, le terrain sur lequel ils édifieront le magnifique Cyrnos Palace Hôtel, oeuvre des architectes Dumoulin et Carayol. Le16 décembre 1896, M.Exner, le Directeur Allemand de ce palace de 40 chambres accueille ses premiers riches clients.

En 1920, M.Exner, devenu propriétaire du Cyrnos Palace, le revendra à la famille Leonzi.

 

L'HOTEL SCHWEIZERHOF

Sur le boulevard Sylvestre Marcaggi, à droite de la paroisse du Sacré Coeur et face à la villa De La Rocca (plus connue aujourd'hui sous la dénomination de villa Matisse), cette imposante construction de1882 était un hôtel de luxe dont l'aménagement avait été pensé avant tout pour les malades étrangers (Suisses en majorité), qui venaient y séjourner durant la période hivernale. Sa propriétaire, Mme Veuve Muller, citoyenne Helvétique, en assurait le fonctionnement avec beaucoup de professionnalisme.

Au fil du temps, l'hôtel Schweizerhof changera plusieurs fois de propriétaire. En 1905, il est racheté par un certain Georges Flaegel qui le rebaptise Hôtel Suisse.

Dans les années 50, l'hôtel Suisse cesse de fonctionner et va connaître plusieurs affectations. Il deviendra notamment l'école Saint Roch et pour finir, il abritera le siège de l'Evêché de Corse à partir des années 1980.

 

LE GRAND HOTEL ET CONTINENTAL

Le Grand Hôtel et Continental, oeuvre de l'architecte Barthélémy Maglioli, ouvre ses portes en novembre 1894. Il est la propriété de l'ancien maire d'Ajaccio, le Comte François Forcioli-Conti. Avec ses 130 chambres, ses salons, son magnifique jardin de 12.000 m2, son pavillon de l'Ariane à Barbicaja vers lequel Mathieu Lucchini assure le transport avec ses calèches, il est sans conteste le plus luxueux établissement de la ville. A sa direction, on retrouve l'hôtelier Suisse Théophile Hofer-Vassali, propriétaire de l'ex-hôtel Germania, qui l'inscrit sur la liste des hôtels internationaux prestigieux.

L'établissement accueillera notamment l'empereur d'Autriche François Joseph 1er et son épouse Sissi.

Fermé pendant la guerre de 1914-1918, il sera réquisitionné et servira d'asile aux réfugiés politiques. Il rouvrira ses portes en 1919 et continuera à être exploité jusque dans les années 1970 par son dernier propriétaire, Felix Raccat.

Aujourd'hui, le Grand Hôtel et Continental est devenu le siège de l'assemblée de Corse.

 

L'HOTEL PENSION DE LA ROCCA

Tout en haut du boulevard Sylvestre Marcaggi et face à la paroisse du Sacré Coeur, la villa De La Rocca, hier à l'état d'abandon, aujourd'hui réhabilitée, ne passe pas inaperçue. C'est sur un terrain appartenant à l'origine au comte Multedo, qu'Antoine De la Rocca fera bâtir en 1883 cet hôtel pension qui deviendra un cadre très prisé par les touristes fortunés de la station hivernale.

Mais c'est grâce au peintre Henri Matisse, qui y séjourna en 1898 et qui y peignit "le mur rose" (une vue de l'hospice Eugénie peinte à partir de sa fenêtre du dernier étage), que la villa devint célèbre au point qu'elle fut débaptisée pour devenir "la villa Matisse".

Après le faste des belles années, la villa de la Rocca abritera au cours des années 1930 la première clinique du Docteur Ripert.

 

L'HOTEL HIGHLAND

Construit dans la dernière décennie du 19ème siècle par un Danois, l'hôtel Highland changera souvent de Direction pour appartenir successivement en 1910 au Suisse Hess puis à deux Italiens qui feront fortune en dirigeant également des établissements comme le grand café d'Ajaccio, le café Napoléon, le Capitole ou la Taverne. Aujourd'hui l'hôtel Highland, dont il n'existe plus que les deux chalets, a été rasé pour faire place à un immeuble à usage d'habitation.

 

L'HOTEL SOLEMARE

Construit à la fin du XIX ème siècle, cette bâtisse, la villa la rive, faisait partie des cottages Berthin. Vers 1933,  le cottage devient une clinique dirigée par Mme Castagnoni. Il est ensuite racheté par Pierre Di Barbazza qui le transforme à nouveau en résidence de tourisme et qui l'agrandit en le reliant par une passerelle, au dernier étage de la maison familiale.

Après être resté longtemps à l'état d'abandon, l'ensemble est racheté par Bernard Faraud, président de l'entreprise la closerie Saint-François et transformé en résidence de stanging.

 

LE COTTAGE BELVEDERE

Propriété du Docteur Giocanti, située à moins d'un kilomètre plus haut que l'hôtel Highland, jouissant d'une magnifique vue panoramique sur la ville, on peut apercevoir une grande bâtisse dont le portail en fer forgé est encore orné de cette inscription "Belvedere". Au siècle dernier l'hôtel, bien que particulièrement isolé sur la route du Salario, était très prisé des touristes qui durant la période hivernale aimaient faire de longues promenades qui les conduisaient jusqu'à la fontaine du Salario.

Aujourd'hui, les vastes terrains en contrebas, plantés en vigne, ont disparu pour faire place aux "jardins de l'Empereur".

 

L'HOSTELLERIE DE LA GRANDE BLEUE

A l'origine, l'endroit était couvert de maquis et c'est le Docteur Pompeani qui décide la construction d'une villa dans la dernière décennie du XIX ème siècle. En 1930 la bâtisse est rachetée par Louis Raibaldi qui l'agrandit et la transforme en hôtel de luxe destiné à satisfaire une riche clientèle étrangère.

D'après les dépliants de l'époque, l'hostellerie de la Grande bleue disposait d'un magnifique jardin, d'une majestueuse fontaine lumineuse et d'un petit théâtre indépendant.

Au cours de cette période, plus d'une dizaine d'établissements sont crées: Le Lido, La Potinière, Le Biaritz, etc... trop nombreux pour une aussi petite ville. Victime de la concurrence, l'hôtel ferme ses portes en 1932 et devient propriété de l'église jusqu'à ce qu'il soit racheté par les frères Louis et Françis Baretti qui vont en faire une clinique, "la clinique des Mouettes". De nouveau racheté par Martin Baretti, propriétaire de l'hôtel des étrangers et du Grand Hôtel de Vizzavona, il retrouve alors définitivement sa vocation d'hôtel de luxe.

Situé en bord de mer sur le cours Lucien Bonaparte il porte aujourd'hui le nom de "Hôtel Les Mouettes".

 

LE SOLFERINO, LE CAFE NAPOLEON et les autres:

Le café de l'Opéra, le café de la revanche, le café de la Nation, le café de France, le grand café d'Ajaccio ou du roi Jérôme (Avenue du 1er Consul, maison Pozzo-di Borgo), le cercle des palmiers, la grande bleue (actuel hôtel "les mouettes"), la potinière (sur l'actuel cours Napoléon), le Biarritzle Lido (en partie bâti sur la mer et sur pilotis), le café de l'union (18, cours Napoléon, maison Cunéo d'Ornano), l'hôtel du Luxembourg (14, cours Napoléon, tenu en 1851 par Auguste Martin et son épouse), Le point du jour (7, cours Napoléon, appelé "la maison jaune")...

Dans les années 1800, la vogue des cafés concert se développe. L'hôtel du Nord ouvert le 04 janvier 1862 et situé 8, cours napoléon (face à la préfecture) est rénové et devient en 1889 l'hôtel-restaurant Solférino. (à la place du Solférino siège aujourd'hui la Direction Régionale de l'Agriculture).

En 1893, le café Napoléon, situé maison Boldrini, 10 cours Napoléon) est à son tour refait à neuf. Le 08 novembre 1887, le Journal de la Corse titre: " Le café Napoléon vous sert à 22 heurs et pour 20 sous, choucroute et bière à volonté". Il est aujourd'hui le doyen des cafés Ajacciens et conserve encore dans le fond de sa vaste salle de restaurant de style second Empire, une magnifique scène de théâtre.

Les autres, ce sont également ces "institutions", comme le café de la gaîté (rue Roi de Rome) qui ouvrira ses portes en 1858.

 

LE CINEMA IMPERIAL

Près de l'église Saint Roch, en haut du cours Napoléon, transformé aujourd'hui en super marché, le cinéma Impérial  projette en 1935 son premier film sonore et parlant  intitulé "Amoures Viennoises".

C'est précisément à cet endroit que se terminait le canal de la Gravona dont une arche est encore visible dans la réserve du "Monoprix". L'eau de la première adduction des sources de Canneto réalisée en 1812, arrivait à une fontaine située entre le monoprix et l'église Saint Roch.

 

LE GRAND SEMINAIRE

Mgr Frà Spinola décida de doter le diocèse d'Ajaccio d'un grand séminaire. La première pierre fut posée le 23 février 1710. Trop exposé, il fut intégré à la ville et ceint de murailles. Il servira plus tard de caserne, d'hôtel de préfecture et de Palais de Justice. Rendu au diocèse en 1838, il fut par la suite rehaussé de deux étages. Le 18 décembre 1906, le séminaire est fermé. Le 28 décembre, on l'utilise à nouveau pour ouvrir deux salles de cinéma.  Il sera entièrement rasé en 1969.

 

LE COUVENT SAINT FRANCOIS, L'EGLISE SAINT JACQUES

Le couvent a été fondé en 1612 sur l'emplacement d'une petite chapelle dédiée à Saint Jacques. Cette église, qui était la plus belle des églises conventionnelles de la Corse a servi de sépulture aux familles Peraldi et Pugliesi, ainsi qu'à l'archidiacre Lucien Bonaparte qui y fut inhumé en 1791.

En 1840 d'importants travaux transforment le couvent Saint François en hôpital militaire et la petite chapelle Saint Jacques est détruite.

L'hôpital militaire sera rasé à son tour en 1970 pour permettre l'édification de l'immeuble "Diamant II", une réalisation, comme tant d'autres, qui sera mal digérée par une grande partie de la population ajaccienne.

 

LE THEATRE SAINT GABRIEL

En 1826, près du canal de Canneto, la municipalité d'Ajaccio acquiert un terrain sur le cours Sainte-Lucie (futur cours Napoléon) en vue d'y ériger un vrai théâtre de 800 places en lieu et place de l'église Saint Jean-Baptiste qui en faisait office. La construction est dirigée par le Préfet de Corse Gabriel Lantivy et confiée à François Levie. Le maire Stephanopoli, procèdera à l'inauguration du théâtre Saint Gabriel (nom donné en l'honneur du Préfet) le 01 février 1830. Certaines loges sont louées à l'année à de riches familles Ajacciennes. La première représentation est donnée par la troupe Belfort avec "la somnambule" et "le bourru bienfaisant". Par la suite, on y jouera Faust, la tosca, le barbier de Seville, la veuve joyeuse, etc... En 1854, le théâtre reçoit la Scala de Milan. Le 29 février 1860, la représentation de "Touvère" accueil l'Impératrice Eugénie et le Prince Impérial. En janvier 1897, on y projette même la première séance de cinéma. Les riches Ajacciens, soucieux de "paraître", y cultivent leurs relations mondaines.

Cependant l'exploitation est un véritable gouffre financier car le théâtre alterne petits succès et énormes déboires (il servira même de casernement) et les résultats que la ville escomptait sont catastrophiques malgré les changements successifs de direction (Mathieu Grossetti, Paul Alata, Jérôme Maglioli) . Un soir du 04 octobre 1927, François Simongiovanni, son Directeur, assiste impuissant à l'incendie criminel (on retrouvera sur place des bidons de pétrole) qui détruit entièrement ce théâtre de 800 place dont on dira qu'il est pour l'époque "bien trop grand pour une aussi petite ville".

En octobre 1935, le théâtre devient propriété de la Poste qui y installe ses bureaux.

 

LA CASERNE ABATUCCI

Anciennement caserne Saint-François, elle a été construite au XVIII ème siècle sous le règne de Louis XVI sur le terrain San-Sebastiano appartenant à la famille Baciocchi. Dirigée par Etienne Meuron, sa construction a duré de 1782 à 1786, mais en raison d'un différent ente la ville et l'armée, le mur d'enceinte n'a pu être achevé qu'une cinquantaine d'années plus tard. De la cour de la caserne, on accédait sur le cours Napoléon par un majestueux escalier à double rampe sous lequel se trouvait une des principales fontaines qui alimentait en eau potable la ville d'Ajaccio.

La caserne a été rasée en 1970 et le rocher sur lequel elle était construite a été raboté pour faire place à l'édification de l'immeuble Diamant III, une autre réalisation largement controversée.

 

LA FONTAINE DU DIAMANT, DE SAINTE LUCIE, DE SAN RUCHELLU

Malgré une vingtaine de sources disséminées autour de l'agglomération (Barbicaja, Cacalovo, Lisa) les habitants boivent l'eau des citernes de San-Bastiano, de Negroni,  de funtana d'agostu, de San-Carlo. L'été venu, Ajaccio doit lutter contre le pire des fléaux : le manque d'eau. Il faudra attendre le consulat pour voir la situation s'améliorer.

En 1812, l'adduction des eaux de Lisa va permettre d'alimenter les fontaines publiques qui seront installées tout en haut du cours Sainte Lucie sous les doubles escaliers de la Caserne caserne Abatucci, une autre en bas du cours aux pieds de l'église Sainte Lucie et la troisième au Borgu près de l'église San Ruchellu sul mare.

 

LA FONTAINE DE CANNETO

Tout en bas de la rue des trois Marie, presque entièrement envahie par la végétation, derrière les grilles du Square des Trois Marie sur lequel a été construit le bâtiment des anciens combattants, la fontaine de Canneto est plongée dans l'oubli. Alimentée pendant plus d'un siècle par les eaux du canal de la Gravona, elle a cessé de couler dans les années 1970.

Richesses de notre patrimoine la fontaine ainsi que le square, mériteraient à juste titre une réhabilitation.

 

LE LAVOIR MUNICIPAL

Tout un pan d'histoire du vieil Ajaccio s'est effondré avec avec la "réhabilitation" du quartier de la citadelle dans les année 1960. Le lavoir municipal, témoin d'un passé si cher au coeur des Ajaccien a été détruit sans aucun état d'âme pour faire place à l'un des immeubles "diamant" à l'architecture très controversée.

Un autre lavoir municipal existait en bas de la rue des trois Marie, à peu près devant le musée Fesch (voir le plan ci-dessus "fontaine de Canneto").

 

LA VILLA CONTI

Cette imposante et majestueuse bâtisse a été la première à être construite au début du cours Grandval, vers 1855 par Charles Etienne Conti (1812-1872) qui fut chef de cabinet de Napoléon III.

Après avoir abrité en ses débuts la Trésorerie du département, la villa a ensuite été agrandie selon les plans de l'architecte Maglioli. En 1884, la villa Conti change de propriétaire pour devenir la villa Guitera. Elle sera ensuite successivement habitée en 1912 par l'industriel Armand Berthault puis par le Docteur Alfred Menassé qui en fait la clinique Grandval. La villa Conti est aujourd'hui une annexe du conseil général.

 

LA MANUFACTURE ALBAN

C'est dans ses environs immédiats que s'étalait autrefois Adjacium avant que les Génois n'aillent fonder au lieu-dit "Capo di Bollo", la ville nouvelle.

La manufacture de tabac d'Ajaccio fondée en 1913 sera reprise en 1920 par l’industriel Henri Alban, propriétaire d’une usine de tabac à Bône (Algérie). La succursale d’Ajaccio, dont le Directeur est Louis Davin, a été la seule usine de transformation du tabac en Corse durant quatre ans. On y fabriquera entre autre les cigarettes de marque Bastos et Fatma.

Mais victime de la concurrence qui se développe (l'usine de tabac de Toga distribue les marques Job et Capitaine Livrelli tandis que les cigares Zicavo prennent eux aussi leur part du marché), la manufacture Alban qui comptait alors 110 employés, majoritairement de sexe féminin, est contrainte de cesser son activité en 1940.

L’usine Alban constitue pour la Corse un exemple rare d’architecture d’inspiration néo-mauresque.

Des travaux de réhabilitation effectués en 2005 ont révélé sur le site d'importants vestiges archéologiques et la mise à jour d'une cathédrale paléochrétienne.

 

LE NATHALIA ET NUMERO CINQ

Les vieux Ajacciens se rappelleront très certainement de la Villa "Le Nathalia" et du fameux "N°5", rue des Glacis.

Dans les années 40, la réputation de ces deux maisons closes n'était plus à faire et leur notoriété s'était répandue jusqu'aux confins de l'hexagone

Comme mode de paiement une monnaie de nécessité  (Voir les pièces)  avait été émise par le Nathalia pour remplacer temporairement, dans un but utilitaire, le numéraire de l'état qui s'était raréfié depuis la première guerre mondiale qui avait complètement désorganisé l'économie. Afin de permettre les échanges quotidiens, l'État toléra l'utilisation d'une monnaie locale, émise par les chambres de commerce, les municipalités et certains commerçants particuliers avec la garantie d'un versement correspondant à la Banque de France. Ces monnaies prirent des formes diverses, les premières en carton, mais rapidement, la frappe de jeton se répandit à condition qu'ils portent la mention « Bon Pour » afin de les distinguer de la monnaie officielle. Frappés habituellement en aluminium, mais aussi en laiton, en zinc, ou en maillechort, ces jetons avaient des formes variées, rondes, carrées, octogonales et des valeurs de 5c, 10c, 20c, 25c, ou 50c, plus rarement 1 franc ou 2 francs. Plus de 12 000 types différents ont été répertoriés.

Au Nathalia, chaque pièce correspondait à une prestation particulière!.

Le 13 avril 1946, Marthe Richard, personnage très controversé et au passé douteux, conseillère municipale de Paris, ancienne prostituée, fait adopter une loi sur la fermeture des maisons de prostitution et s'assure que l'on vote également l'article 5 du texte qui prévoit la suppression du fichier national de la prostitution, dans lequel elle est encore fichée. Cette action lui vaudra le pseudonyme de "la veuve qui clôt".

 

LES GRAND MAGASINS LANZI

Laurent et son épouse Angèle-Marie Pietrini ont marqué de leur empreinte la ville d'Ajaccio.

Ce couple de commerçants va dans un premier temps ouvrir dans la rue des halles, ce quartier que l'on appelle "i scioppi", une première boutique. Puis ils diversifieront leur activité en devenant promoteurs et en bâtissant les cottages Lanzi que l'on peut voir encore aujourd'hui dans la rue du Docteur Pompeani .

Ils auront deux enfants: Antoine qui sera à l'origine de la création de la banque Lanzi en 1876 et François, qui sera le président fondateur de la Chambre de Commerce en 1899. C'est lui qui avec ses enfants,  sera à l'initiative de l'ouverture de ces grands magasins en octobre 1886. Dans un immeuble de quatre étages bâti selon les plans de l'architecte Maglioli, les Ajacciens découvriront émerveillés la première grande surface commerciale de Corse qui s'étale sur les trois premiers niveaux de la majestueuse bâtisse.

En novembre 1936, ayant à faire face à des difficultés financières les grands magasins Lanzi Frères seront contraints de fermer leur porte.

Un dicton en est resté : "Si n'hè falatu ancu Lanzi" (même Lanzi est tombé) qui signifie que même les plus forts peuvent se "casser les dents".

 

LES VILLAS COSTA

et l'institution Ottavj (cours secondaires de jeunes filles).

En 1882, Paul Ottavj, professeur d'Italien au collège Fesch, crée avec Edouard Bosc, une institution de jeunes filles, l'institution Ottavj, dirigée par ses filles: Madeleine, chargée des cours; Noélie, directrice de l'internat et épouse d'Edouard Bosc et Lucie, Directrice  des Cours secondaires pendant 43 ans, de 1882 à 1925.

Par la suite l'institution en externat se développe et prend la dénomination de Cours secondaires de jeunes filles auxquels est annexé, en 1902, un pensionnat qui sera transféré le 01 octobre 1903 dans les toutes récentes villas Costa, sises quartier des étrangers, spécialement aménagées à cet effet et destinées à accueillir les élèves de toute la Corse.

L'institution "Cours secondaires de jeunes filles" restera pendant de nombreuses années, le premier et le seul, en Corse, établissement d'enseignement secondaire féminin reconnu par l'état et recevant les élèves boursières.

En 1923, Madame Antonia Bigou-Bosc, professeur de dessin au lycée Fesch, fille d'Edouard Bosc et petite fille de Paul François Ottavj, prend la direction de l'internat des cours secondaires qui devient internat de collège classique en 1943.

Le 04 avril 1958, les propriétaires des villas Costa notifient à Madame Bigou-Bosc la résiliation du bail mais de nombreuses tractations avec le rectorat et la municipalité, permettent de maintenir l'internat dans les lieux où il avait toujours fonctionné. Il poursuivra son évolution normale en internat de Lycée jusqu'à ce que la magnifique construction du Lycée Laetitia Bonaparte soit enfin achevée en 1964.

Aujourd'hui, au numéro 2 de la rue Colomba, les villas qui abritaient l'institut Ottavj n'existent plus et à leur place se dresse l'hôtel Costa ; Mais derrière l'hôtel, visible du boulevard Fred Scamaroni, près de la villa DaGregorio, la villa Pauline reste le dernier témoignage des constructions de l'entrepreneur Simon Costa.

 

LA VILLA POMPEANI

Construite d'après les plans de l'architecte Louis Cayrrol au début du XXème siècle, cette magnifique demeure entourée d'un grand parc, est située au numéro 8 de la rue Rossi. Elle était la propriété du Docteur Paul Pompeani, créateur du service chirurgical, chef de l'hôpital civil d'Ajaccio en 1915, décédé tragiquement en 1922. Une rue de la ville porte son nom.

Après être restés pendant longtemps à l'abandon, la villa et le parc sont aujourd'hui occupés par les services de l'ADMR.

 

LA VILLA PERALDI

La villa Peraldi, plus connue sous le nom de villa Balestrino, a été construite en 1895 par le Comte Peraldi sur un terrain appartenant à sa famille et sur lequel se trouve également la chapelle de ses ancêtres. C'est dans les année 1930, au temps où Ajaccio était très prisé par les estivant étrangers que la villa, transformée en hôtel, connaît ses plus belles années. Elle est alors l'hôtel de Balestrino, puis l'hôtel Beau site et enfin l'hôtel du Prado réputé pour son cadre magnifique, sa bonne table et ses soirées dansantes.

Aujourd'hui la villa n'existe plus et sur le terrain du Comte Peraldi livré sans concessions à l'appétit des promoteurs, se dressent les immeubles les terrasses de Balestrino et la chapelle de sa famille, laissée à l'abandon est ouverte aux quatre vents, souillée et profanée.

 

 

 

Me contacter

Haut de page

Dernière mise à jour pour cette page : 21 octobre 2018